GRACEFUL17. Gouvernance mondiale, dynamiques locales : Régimes transnationaux de grâce dans la Daterie apostolique romaine au XVIIe siècle

Le projet

Comment fonctionnent les systèmes mondiaux de gouvernance ? Comment les croyances universalistes fonctionnent-elles sur le terrain ? Et comment fonctionnent leurs agents, les bureaucrates invisibles qui surveillent le monde depuis leur bureau ?

En revenant au travail désordonné du bureaucrate du début de l’ère moderne, GRACEFUL17 s’efforce d’établir une plate-forme expérimentale pour quantifier, analyser et visualiser les vastes documents relatifs aux régimes de grâce bureaucratiques très solides que la papauté a maintenus par le biais de la Daterie Apostolique romaine. Il se concentre en particulier sur l’octroi par la papauté d’offices ecclésiastiques (inférieurs et moyens) aux quatre coins du monde au début de l’ère moderne.

Combinant l’expertise de la France, de l’Allemagne et d’ailleurs, GRACEFUL17 s’appuie sur un partenariat entre l’École nationale des chartes de Paris, l’université Goethe de Francfort-sur-le-Main, l’université de Reims-Champagne-Ardenne et les deux instituts de recherche correspondants à Rome, le Deutsches Historisches Institut de Rome et l’École française de Rome. Ce partenariat transnational constitue la plate-forme nécessaire à son programme de recherche éminemment transnational. GRACEFUL17 vise à saisir cet empire fluide de la grâce en combinant la recherche historique classique sur des sources d’archives largement sérielles dans les archives du Saint-Siège avec des outils de recherche fournis par les humanités numériques.

Objectifs du projet

Les deux hypothèses qui sous-tendent GRACEFUL17 sont étroitement liées.

La première est empirique. Malgré la force de persuasion des récits universitaires dominants qui considèrent la papauté du début des temps modernes comme une institution largement italienne et le catholicisme comme une communauté d’églises dynastiques ou nationales largement indépendantes, la réalité est différente. Les historiens n’ont pas réussi à saisir la résilience et la complexité des régimes de grâce papaux du début de l’époque moderne qui ont été la marque de la primauté pontificale au haut Moyen Âge, tant dans les études modernes que dans les commentaires contemporains.

La seconde hypothèse est que les heuristiques bâclées ou les anomalies curieuses émergeant de sources précédemment ignorées ne sont rarement que cela. La myopie des chercheurs à cet égard est façonnée par l’idée implicite que, dans ce que l’on appelle l’âge de l’absolutisme, où dominent les dynasties régnantes et les politiques « modernes » émergentes, le pouls de l’histoire du début de l’ère moderne est mieux perçu ailleurs.

Notre proposition est que notre approche « révisionniste » ne doit pas nous ramener à des récits de centralisation (pontificale) du haut vers le bas, mais plutôt à une réévaluation complète de la manière dont les politiques du début de l’époque moderne (y compris les politiques opérant à l’échelle mondiale), via des régimes de grâce opérant de manière locale, se reconfiguraient au quotidien – une question à fort enjeu dans une organisation hiérarchique qui revendiquait une succession millénaire et apostolique. Cette approche consiste à retracer les dynamiques locales et ascendantes qui sous-tendent la gouvernance (transnationale), telles qu’elles sont présentes dans les milliers de suppliques soumises chaque année aux fonctionnaires pontificaux par un nombre infini de localités et de communautés à travers le monde – appelées « la périphérie » – à destination du siège autoproclamé de Rome.

Les composantes du projet GRACEFUL17, étroitement liées, combinent des statistiques générales issues des registres romains avec des études de cas basées sur des archives locales. Elles articulent un axe de recherche approfondi sur l’octroi de bénéfices par la papauté avec un axe de recherche transversal sur l’ensemble des grâces accordées par la papauté.

Composantes du projet

Dans un premier temps, GRACEFUL17 se penchera sur les grâces accordées par la Daterie apostolique au XVIIe siècle, afin de dresser le portrait de ce vaste empire « glocal » de la grâce.

Un premier axe de recherche approfondie porte sur la nomination (ou la mise à disposition) par le pape de charges ecclésiastiques moyennes ou inférieures (rectorats ou vicariats dans les paroisses, canonicats dans les églises cathédrales ou collégiales, et autels ou autres charges sans soin des âmes) au détriment des procédures de recrutement locales. Ce bureau pontifical et son chef, le dataire – qui était à l’origine le fonctionnaire chargé d’insérer la date sur les grâces papales pour leur donner le statut de loi – ont pris de l’importance dans la machinerie romaine de la grâce au cours du seizième siècle.

Alors que la composante équipe (chercheur principal : Bruno Boute, Francfort) vise à définir les dimensions de la fourniture papale de bénéfices à Rome, la composante monographique (superviseurs : Olivier Poncet, Paris, et Birgit Emich, Francfort) – qui consiste en trois thèses de doctorat envisagées respectivement sur la France, l’Empire et les mondes ibériques – vise à explorer, par le biais d’études de cas locales, les dynamiques éminemment locales qui, selon nous, sont essentielles au développement de régimes de grâce mondiaux dans la fourniture par le pape d’offices ecclésiastiques locaux.

Dans son De jure datarii de 1654, le curialiste liégeois Amydenius a proclamé que le dataire était la personnification du Pontife dans tous les domaines de la grâce. En conséquence, GRACEFUL17 complétera cette focalisation par un axe de recherche transversal dans le cadre du projet « Companion to Papal Grace » (directeurs : Birgit Emich, Francfort, et Olivier Poncet, Paris ; chercheur principal : Bertrand Marceau, Reims) qui vise à reconstruire l’implication enchevêtrée de la Daterie et de la provision papale aux bénéfices avec un large éventail de formes croisées de grâces dispensées par la Daterie et d’autres institutions.

Le fait qu’une première édition du livre d’Amydenius ait été interdite par la congrégation de l’Index en 1653 illustre la façon dont les régimes de grâce papaux étaient des boîtes de Pandore de programmes et d’intérêts conflictuels – en d’autres termes, des trésors heuristiques et herméneutiques pour les historiens intéressés par l’ordre pratique, les fractions constitutives et la dynamique cohésive (y compris les cultures de conflit vaguement réglementées) des catholicismes « glocaux ».

Dans le cadre de la composante « Digital Humanities » (directeur : Martin Baumeister, Rome ; chercheur principal : Jörg Hörnschemeyer, Rome), le projet vise à agréger et à croiser de grands ensembles de données pour les experts ainsi que pour un large public intéressé par les histoires continentales et mondiales enchevêtrées. L’objectif à long terme de cette plate-forme numérique va au-delà du soutien à un seul projet ; GRACEFUL17 est un projet pilote visant à créer une plate-forme ouverte au sein de la « communauté de données » plus large des sciences humaines numériques, regroupant et connectant des ensembles de données provenant de projets de recherche connexes, passés et futurs. Les archives des institutions de la Curie romaine dans leur interaction avec les églises locales et les communautés du monde entier offrent un univers approprié, une perspective continentale et mondiale, ainsi qu’une immense richesse et un large éventail de documents.

Enfin, le volet formation (dirigé par Laura Pettinaroli, Rome) vise à apporter un soutien supplémentaire à nos chercheurs en début de carrière dans la rédaction de leurs thèses ainsi que dans l’orientation de leurs carrières professionnelles par la suite.



Citer ce billet
Olivier Poncet (2023, 2 avril). GRACEFUL17. Gouvernance mondiale, dynamiques locales : Régimes transnationaux de grâce dans la Daterie apostolique romaine au XVIIe siècle. Gouvernement de la grâce. Päpstliche Gnadenregime. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://graceful17.hypotheses.org/191

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.